En raison de notre déménagement, le CERMTRI sera fermé à la 
consultation du 15 avril 2017 au 1er septembre 2017
RÉSOLUTION DU CA du CERMTRI du 17 septembre 2016

Le CA du CERMTRI s'est réuni en urgence le 17 septembre, en raison de la situation nouvelle créée depuis le 2 juillet. 
Le CERMTRI a fait l'objet, au cours de l'été, d'accusations et d'attaques publiques émanant de divers groupes et officines politiques. Cette campagne a pour origine une 
circulaire de dénonciation de notre assemblée générale du 25 juin, envoyée, hors des instances du CERMTRI, à un grand nombre d'abonnés, d'anciens abonnés, et de 
personnes extérieures au CERMTRI. Cette dénonciation a été mise en accès libre sur internet, et exploitée à diverses fins politiques. 

Le bureau du CERMTRI, fidèle au mandat de l'Assemblée générale du 25 juin, n'est pas sorti de son rôle et de ses missions statutaires: il ne s'est pas prêté à des 
polémiques politiques, même en présence d'assertions fallacieuses ou calomnieuses. Il a convoqué le CA pour qu'il informe les adhérents, et prenne les décisions 
qu'appelle cette situation nouvelle provoquée délibérément le 2 juillet. 

Le CA rappelle la chronologie des faits pour l'année écoulée. 

1. Rappel des principes fondateurs de 1977 

« L'association a pour objet de recueillir et rassembler tous documents se rapportant à l'histoire des mouvements ouvriers, et notamment à l'activité des organisations 
trotskystes et révolutionnaires, et de mettre ces documents à la disposition du public, dans des conditions telles qu'elles facilitent la recherche et l'étude, tout en 
assurant la meilleurs conservation possible des fonds d'archives confiés à l'association. » 


Un simple coup d'oeil sur la liste des 21 membres fondateurs confirme que, si cet objectif de conservation d'un patrimoine documentaire des mouvements ouvriers, 
notamment trotskystes et révolutionnaires, faisait l'accord des fondateurs du CERMTRI, une large diversité d'opinions et d'appartenances était représentée parmi eux. 
C'est le strict respect de cette mission d'origine qui a conféré au CERMTRI la place grandissante qu'il occupe aujourd'hui, parmi les chercheurs, les étudiants intéressés à 
son objet, et dans le milieu des centres d'archives. 

2. Fonctionnement normal du CERMTRI jusqu'au 21 mai 2016 

De septembre 2015 à mai 2016, le bureau du CERMTRI, régulièrement convoqué par la secrétaire, gère normalement les tâches de l'association. Archivages, classements 
et répertoires, mise à jour du site et développement de la bibliothèque numérique, accueil des chercheurs, réunions nationales et internationales des centres d'archives, 
confection et rédaction des revues, préparation de conférences, gestion des locaux et du bail, etc. 
Les numéros 67, 68, 69, 70 de la revue paraissent régulièrement. 

3. Ce qui provoque la crise au CA du 21 mai 2016. 

On lit dans le compte-rendu validé par tous, dans le point de l'ordre du jour consacré au local du CERMTRI, ces propos de F. de Massot, président en exercice: 
« J'ai déjà dit au bureau qu'il me semblait légitime que toutes les organisations qui bénéficiaient des services, des archives, dans l'optique de la préservation de la mémoire 
collective du trotskysme, devaient être sollicitées, ce qui me paraît particulièrement vrai pour les deux organisations issues du CCI. Dans ce contexte, la TCI a envoyé une 
lettre à la direction du CCI afin d'aborder en commun la question de la préservation du CERMTRI dans l'esprit des fondateurs, ce qui me paraît juste. Comme ce document a 
été communiqué tardivement (la veille) pour information au CERMTRI, j'ai fait des photocopies pour le distribuer au CA » 
Dans la lettre distribuée, signée d'un « exécutif de la TCI », le CERMTRI est défini comme « un centre d'archives prioritairement dévolu à l'histoire du trotskysme », 
Pour quiconque examine de bonne foi les objectifs initiaux et statutaires de notre association, les différences suivantes sautent aux yeux : 

a) l'article des statuts définit l'objectif de « mise à disposition du public », pour « la recherche et l'étude », il n'est pas question « d'organisations qui bénéficient des services 
(!) » du CERMTRI. 

b) Les fondateurs n'ont pas défini « un centre d'archives prioritairement dévolu à l'histoire du trotskysme, aux différent courants s'en réclamant ». Comparons: « 
rassembler 
tous documents se rapportant à l'histoire des mouvements ouvriers, et notamment à l'activité des organisations trotskystes et révolutionnaires
 », Peut-on prétendre 
que c'est la même chose? L'esprit des fondateurs de 1977 est-il respecté par cette réduction sectaire? 

c) Le président (F. de Massot) et le vice-président (JJ Marie) demandent au CA du CERMTRI de se prononcer en faveur « d'un accord entre le CCI et la TCI qui garantisse la 
continuité du financement de la location des locaux du CERMTRI ». 
Il importe ici de comparer cette proposition avec le chapitre des statuts, inchangé depuis 1977, sur les ressources de l'association (Art.11) : 
« Les ressources de l'association comprennent: 
a) les cotisations 
b) les subventions qui lui sont allouées en vue de lui permettre d'atteindre ses buts 
c) les revenus des biens lui appartenant et les économies réalisées» 
Ce qui est proposé au CA du 21 mai, c'est tout autre chose: un accord entre deux entités politiques pour une mise sous tutelle de l'association CERMTRI ! 
Nous serions alors en présence et d'une dénaturation de l'association, telle que l'ont voulue les fondateurs, et d'une trahison des principes qui ont animé Louis Eemans et 
Pierre Levasseur durant des décennies ... 

On trouve dans le compte-rendu officiel du CA l'expression de la stupeur de nombreux administrateurs devant cette proposition lancée à l'improviste, sur laquelle 
Jean-Jacques Marie, vice-président, les somme de voter séance tenante. Ces administrateurs s'insurgent contre la mise en cause des buts de l'association, de sa nature, 
contre « un avis qui instaure un clivage entre les adhérents », contre un « casus belli qui va mettre gravement en cause l'unité du CERMTRI », ils refusent, pour les militants 
concernés, d'adresser une injonction, comme administrateur CERMTRI, à leur organisation politique. 
Les administrateurs qui protestent sont minoritaires. Toutefois, après un rappel aux statuts, article 9, concernant les pouvoirs respectifs du CA et de l'Assemblée générale, 
Jean-Jacques Marie accepte le renvoi à cette dernière de la décision. 
C'est dans ces conditions que 513 adhérents/abonnés sont informés du conflit, reçoivent les deux textes contradictoires, et sont appelés à trancher par un vote. Rappelons le 
court texte des administrateurs minoritaires: 
« Les membres du CA du CERMTRI signataires, conformément aux buts statutaires du CERMTRI, récusent par principe toute immixtion dans des relations entre 
organisations politiques. Ce principe est essentiel à l'existence même du CERMTRI depuis l'origine. Nous demandons à L'assemblée générale de réaffirmer ce principe, et 
d'écarter toute instrumentalisation du CERMTRI par quiconque. » 

Remarque : on cherchera vainement toute trace des faits et des débats qui précèdent, et qui furent au centre de l'assemblée générale, dans le texte en circulation depuis le 2 
juillet dénonçant publiquement le CERMTRI. Pour les esprits critiques (qui se conforment sagement à l'adage populaire « Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son »), 
le CERMTRI tient les comptes-rendus officiels, validés par les deux parties, à leur disposition. 

4. Régularité de l'assemblée générale du CERMTRI 

Rarement une assemblée d'association a été préparée et tenue avec tant de précautions démocratiques. Les modalités de scrutin, de validation, de délégations de pouvoirs,
les conditions d'éligibilité des administrateurs ont été arrêtées au CA , sur propositions notamment du vice­-président Jean-Jacques Marie. 
La circulaire de convocation, avec les délais requis pour la réception des pouvoirs et des candidatures, a été envoyée un mois à l'avance, les horaires fixés pour faciliter les 
déplacements de province; chacun des 513 adhérents/abonnés a eu tout le temps d'établir son jugement sur la question de principe soulevée au CA du 21 mai. 
A l'échéance du 20 juin, le bureau au complet, président, trésorière, secrétaire, a vérifié un par un la validité des centaines de pouvoirs et des mandataires (abonnés au n°68).
Le jour de l'Assemblée annuelle, 25 juin, chaque participant a été validé à l'entrée par le bureau et ses pouvoirs lui ont été remis, chacun a émargé. 
Le président en exercice a tenu et conclu l'assemblée, les votes ont été soigneusement décomptés, l'élection des administrateurs a été longuement vérifiée par une large 
commission. Aucune contestation, sur la régularité d'un vote, n'a été émise par quiconque. 

5. Décisions des 373 adhérents présents et représentés de l'Assemblée générale 

Le compte-rendu est en possession de tous les adhérents/abonnés, avec le texte du mandat voté. Résumons. 
La parfaite tenue des débats, présidés par F. de Massot, président sortant, ne peut laisser aucun doute sur la présentation claire des deux positions en présence. 
L'assemblée a voté, à une très large majorité, le rappel de ses buts statutaires, qui excluent pour le Cermtri de «prendre position sur des relations entre organisations 
politiques ». 
Elle a repoussé comme contradictoire à ce mandat l'amendement JJ Marie, reprenant la position de la majorité du CA sortant, demandant au Cermtri de se prononcer sur « 
une coopération des organisations» sur la question du financement. Ce vote contradictoire a été acquis par 262 voix contre 96. L'assemblée a par ailleurs adopté cette 
position de bon sens, propre à éteindre tout affrontement fractionnel au sein du Cermtri : « les organisations et organismes qui partagent pour tout ou partie les objectifs du 
Cermtri décident librement de leurs donations », 
Il faut se féliciter que la résolution mise au vote après rejet de l'amendement, ait été adoptée par 264 pour, un contre, 72 abstentions. 

6. Election du nouveau CA, incidents à la fin de l'Assemblée, réunion du nouveau CA 

C'est après de longues et méticuleuses vérifications que le CA élu a été annoncé, la plupart des participants attendant les résultats. 
Les 29 élus sont, notoirement, d'opinions diverses. L'assemblée a manifesté son esprit de responsabilité en reconduisant largement le mandat électif de JJ Marie. 
Que la composition du CA soit modifiée relève presque de la lapalissade: l'assemblée ayant désavoué la remise en cause par l'ancienne majorité du CA des statuts 
fondateurs s'est donné un conseil d'administration en accord avec son mandat: où voit-on un comportement différent, dans une organisation démocratique ? 
Le président sortant F. de Massot a d'ailleurs donné acte, en conclusion, à l'assemblée d'un déroulement démocratique des débats, rappelant que « ce qu'une assemblée a 
fait une autre peut le défaire ». 

C'est alors qu'à deux reprises, contestant avec véhémence les résultats de l'élection du CA, JJ Marie a apostrophé la majorité de l'Assemblée: « Vous croyez que ça va se 
passer comme ça ? ». 
Dès la réunion du CA succédant à l'assemblée générale, des explications lui ont été demandées sur ces menaces inquiétantes. Car ce qui « se passe comme ça » n'est 
rien d'autre que le respect du vote majoritaire de 373 adhérents, dix fois vérifié! On lit dans le compte-rendu: 
« Avant de procéder à l'élection du bureau, M. Sérac demande à I I Marie ce qu'il a voulu dire à la fin de l'Assemblée, sachant que celle-ci a donné mandat au CA de poursuivre
la publication des CMO. JJ Marie rappelle que si les Cahiers du CERMTRI dépendent de ce dernier, il n'en va pas de même pour les Cahiers du mouvement ouvrier. Il a 
besoin d'un temps de réflexion », 
Le bureau est élu par les 22 membres présents du CA, par une large majorité ou à l'unanimité selon les cas. Il se réunit cinq jours plus tard, le 1er  juillet; le compte-rendu de
l'AG est vérifié par tous, un paragraphe entier est réécrit, de sa main, par JJ Marie. 

Le lendemain 2 juillet, le même diffuse sa lettre de dénonciation publique de l'assemblée et des instances du CERMTRI, présentées comme les proies d'une emprise 
politique extérieure. 
Ainsi se trouve identifiée et mise à exécution la menace adressée à l'Assemblée statutaire le 25 juin: ignorer la majorité exprimée par le vote des adhérents. 
A la différence de tous les textes publiés, relus contradictoirement au sein de nos instances régulières, ces accusations publiques unilatérales reposent sur la seule parole 
de l'auteur, juge et partie. 
Il est aisé pour les adhérents, dûment informés, de les comparer aux documents reçus. Ils vérifieront par eux-mêmes que tous les débats de principe, tous les votes 
librement émis par 373 adhérents sont escamotés. Et pour cause: dissimuler ce débat de fond, où l'auteur a été désavoué par une majorité de 73 % des abonnés-adhérents,
rend plus commode la fabrication d'intrus ou d'agents « extérieurs» au CERMTRI... 
Ce texte public, déjà relayé sur internet par divers groupes et officines, peu soucieux de vérification (comme le ferait tout journaliste un peu consciencieux), est donc destiné 
d'abord à abuser des personnes non-adhérentes, hors d'état de vérifier les faits, et à nuire à l'association. 

7. Reprendre le travail de l'association, conformément aux statuts 

Le conseil d'administration 
- condamne le fait que Jean-Jacques Marie ait fait circuler en dehors des instances du CERMTRI des documents  mettant en cause le fonctionnement démocratique du 
CERMTRI 
- demande à Jean-Jacques Marie de se conformer dorénavant aux statuts et aux règles de fonctionnement du CERMTRI 
- mandate le bureau pour prendre toutes dispositions permettant de rétablir les faits auprès des adhérents, et de fournir aux personnes de bonne foi les faits avérés 
- s'engage, conformément au mandat qui lui a été confié le 25 juin, à poursuivre l'activité du CERMTRI dans l'esprit de ses fondateurs, et dans le respect de ses statuts de 
2004. 

(résolution adoptée par 18 voix pour et 6 refus de vote)
Compte-rendu de l'assemblée du CERMTRI du 25 juin 2016

Il y avait 135 membres présents qui ont signé les feuilles d'émargement à l'entrée (feuilles validées par la secrétaire et la trésorière sortantes) et 237 membres avaient donné leur pouvoir. Il y avait donc 372 mandats sur 513 membres à jour de leur cotisation (abonnés au n°68 des CMO), hors étrangers et services.

Le président sortant F. de MASSOT présente l'ordre du jour qui est adopté.

Il présente ensuite son rapport d'activité : il rappelle qu'il a occupé cette fonction depuis de nombreuses années et remercie tous les camarades qui ont participé avec lui à l'activité du CERMTRI. Il fait ensuite quelques remarques sur les conditions particulières de la tenue de cette assemblée.
Il rappelle le débat qui a eu lieu au dernier CA (se reporter à la convocation de l'AG envoyée à tous les adhérents). Il estime que la délibération proposée par J.J. Marie correspondait à une situation créée certes à l'extérieur mais qui ne pouvait pas ne pas avoir de conséquences à l'intérieur du CERMTRI. La situation du centre lui semble en péril du fait de l'attitude du bailleur et du fait que notre bail arrive à expiration dans quelques mois. Il estime que l'initiative de J.J. Marie a été mal interprétée : il ne s'agissait pas de demander au CERMTRI de se prononcer sur des débats entre organisations et aucune des phrases de ce texte n'impliquait le soutien du centre à quiconque, mais de faire face à une situation où la préservation de notre mémoire collective révolutionnaire est le seul objectif.
Le CERMTRI a toujours couvert son fonctionnement par ses activités et publications, le CCI payait le loyer ... ce qui n'a pas été le cas depuis le début de 2016. Il réaffirme la proposition de la manière suivante : « quels que soient les différents politiques, toute initiative visant à établir un minimum de coopération entre les organisations issues de la crise devrait être examinées avec soin ; »
Il rappelle que jusqu'à présent les assemblées du CERMTRI et les CA ont fonctionné sur la base du consensus. Selon lui l'élection sera difficile du fait du grand nombre de candidats et il précise que son choix ne sera dicté que par des préoccupations d'efficacité et non par des conditions extérieures. Il précise aussi qu'il est partisan de la continuité pour continuer à développer le centre de mémoire et de travail pluraliste qu'est le CERMTRI.

La secrétaire E. MOREL, présente un rapport complémentaire. Elle salue la mémoire de LOUIS EEMANS qui nous a quittés cette année. Elle indique que tout au long de l'année, malgré nos divergences d'opinions, nous avons assuré la parution de notre revue en temps et en heure et organisé nos conférences prévues. Le nombre des abonnés a augmenté cette année ce dont nous nous félicitons.
Reste que le travail quotidien repose sur trop peu de camarades que ce soit pour l'archivage, la rédaction des articles, les permanences. Elle rappelle aussi que nous étions présents à la dernière assemblée de L'IALHI (…), que celle de septembre 2016 aura lieu à Helsinki et que le prochain bureau devra décider ou non de notre participation.

La trésorière présente le bilan et le rapport financier, soumis à l'examen de l'assemblée, sur lesquels aucune objection n'est présentée.

L. FRAYSSE présente notre activité au sein du CODH0S en rappelant que nous étions membres fondateurs de ce regroupement de centre d'archives du mouvement ouvrier et que notre centre dispose ainsi d'une reconnaissance de la richesse de son fonds.

La discussion commence avec l'intervention de P. Sifflet qui se félicite de la fusion des deux revues.
O. Dauphin : face à la situation financière ne serait-il pas utile d'envisager une augmentation du prix de l'abonnement vers 70 ou 80 euros. Il est nécessaire de faire appel aux adhérents, on est trop dépendant de l'extérieur. Pourquoi pas une souscription ? Cette proposition sera ensuite reprise par K. Dorey.

F. de Massot objecte que l'abonnement est déjà lourd pour ceux qui ont aussi à payer diverses cotisations à un syndicat, un parti...

D. Shapira répond aux remarques du président sur la subvention du CCI permettant le paiement du loyer. Celle-ci existe depuis près de 40 ans, n'a jamais fait défaut et elle se poursuivra, sans le moindre doute. Et bien entendu, le CCI n'interdit à aucun autre parti partageant les objectifs du CERMTRI de contribuer également par une subvention.

Michel Sérac se situe aussi dans la continuité de tout le travail de l'année passée. Il observe que cette assemblée représente l'écrasante majorité des adhérents. Le CA a fait appel à l'assemblée pour trancher sur les divergences exprimées, et elle doit maintenant le faire.
Il présente une résolution qu'il a voulu non polémique, mais qui rappelle nettement l'objet du CERMTRI, son principe fondateur en 1977.

Voici le texte de la résolution :
« L'assemblée générale du CERMTRI, réunissant adhérents présents et représentés, soit la majorité absolue des membres de l'association, réaffirme les objectifs fondateurs du CERMTRI, tels qu'ils figurent dans les statuts de 1977 :
« L'association a pour objet de recueillir et rassembler tous documents se rapportant à l'histoire des mouvements ouvriers, et notamment à l'activité des organisations trotskystes et révolutionnaires, et de mettre ces documents à la disposition du public, dans des conditions telles qu'elles permettent et facilitent la recherche et l'étude tout en assurant la meilleure conservation possible des fonds d'archives confiés à l'association ».
Ces buts exclusifs de collecte et d'archivage de documents excluent la participation du CERMTRI à des activités de partis politiques; le CERMTRI n'a pas qualité pour prendre position sur des relations entre partis politiques.
Le CERMTRI reste ainsi en conformité avec les principes de ses fondateurs de 1977, réunis dans une large pluralité d'opinions, et avec les statuts actuels de 2004.
L'assemblée générale constate le bilan positif du regroupement éditorial intervenu entre les Cahiers du mouvement ouvrier, fondés et publiés sous la direction de Jean-Jacques Marie, et les Cahiers du CERMTRI, dont Liliane Fraysse assure la responsabilité. L'assemblée générale estime souhaitable la poursuite de cette publication.
S'agissant des ressources du CERMTRI, l'assemblée générale rappelle l'article 11 des statuts : les ressources proviennent: des cotisations, des subventions permettant au CERMTRI d'atteindre ses buts, des revenus des biens qui lui appartiennent.
Dans ce cadre, les organisations et organismes qui partagent pour tout ou partie les objectifs du CERMTRI décident librement de leurs donations.
Les locaux du siège de l'association étant devenus trop coûteux, l'AG approuve la décision du CA de donner congé avant le 30 juin et de chercher des locaux moins onéreux. »

JJ Marie se déclare d'accord à 95% avec cette résolution, sa divergence portant sur l'avant dernier paragraphe. Il propose donc de lui substituer la formulation suivante :
« L'AG du CERMTRI réunie le 25 juin 2016, constatant les difficultés financières auxquelles le CERMTRI est confronté pour régler le loyer des locaux qu'il occupe, se prononce en faveur d'une coopération des organisations qui s'affirment prêtes à participer à ce règlement afin de fixer le montant de la contribution que chacune peut assumer. »

M. Sérac estime qu'en prônant une « coopération » entre des partis, cet amendement contredit sa résolution, qui exclut toute entremise du CERMTRI entre des partis.

L'amendement de JJ Marie est donc d'abord soumis au vote. Il est rejeté par 262 voix contre, 96 voix pour et 1 abstention.
JJ Marie demande alors la disjonction de cette partie dans le vote de la résolution. Le reste du texte est adopté à l'unanimité moins 2 abstentions.
Enfin il est procédé au vote de la résolution toute entière. Résultat : 264 voix pour, 1 contre et 72 abstentions (des participants ont été obligés de partir avant ce vote à cause de leur train).

On passe au point final de l'élection du CA, une commission de dépouillement est mise en place. Hormis les participants astreints à des horaires de train, la plupart des adhérents attendent les résultats.

Candidats élus : Nicole Aurigny, André Bouis, Frédéric Castaing, Roland Corominas, Christian Coudène, Odile Dauphin, Liliane Fraysse, André Grasset, Henri Hassan, Rémy Janneau, Francesco La Brasca, Michel Landron, Loïc Le Bars, Patrick Le Claire, Claudie Lescot, François Livartowski, Jean-Jacques Marie, Gérard Masson, Evelyne Morel, Didier Mottais, Xavier Mourre, Nicole Perron, Roger Revuz, Pierre Roy, Jean-Marc Schiappa, Serge Sebban, Patrice Sifflet, Jacqueline Trinquet, Jean-Pierre Zalewski.

A l'énoncé des résultats, JJ Marie dénonce le fait que la trésorière Hélène Stern ait été éliminée alors que son activité et son rapport n'ont fait l'objet d'aucune critique et que de vieux membres du CA soient éliminés dans les mêmes conditions au profit de candidats qu'il n'a pas vus au CERMTRI depuis 20 ans qu'il y travaille et qui n'ont pas dit un mot pour expliciter le sens de leur candidature. « Cela ne se passera pas comme cela », conclut-il.

Le président sortant François de Massot conclut l'assemblée générale. Il se félicite du fait que, pour la plus grande partie des débats, une discussion démocratique et sereine s'est déroulée. Il rappelle que ce qu'une assemblée générale a fait, une autre assemblée générale peut le défaire.

Réunion du Conseil d'administration élu :

Avant de procéder à l'élection du bureau, M. Sérac demande à J.J. Marie ce qu'il a voulu dire à la fin de l'assemblée, sachant que celle-ci a donné mandat au CA de poursuivre la publication des CMO. J.J. Marie rappelle que si les cahiers du CERMTRI dépendent de ce dernier, il n'en va pas de même pour les CMO. Il a besoin d'un temps de réflexion.

M. Sérac propose sa candidature au poste de président, ce qui avait fait l'objet d'un entretien avec F. de Massot un an plus tôt. Il propose deux vice-présidents, Liliane Fraysse et JJ Marie, et la reconduction d'Evelyne Morel au poste de secrétaire où, de l'avis général, elle s'est montrée très efficace.

JJ Marie répète qu'il a besoin de réfléchir et fera connaitre ultérieurement sa décision. Il soutient la candidature de M. Sérac au poste de président, comme prévu.

Pour le poste de trésorier, Serge Sebban propose de mettre son expérience de trésorier syndical au service du CERMTRI.

Il est procédé au vote. 
Michel Sérac est élu président par 20 voix pour et 2 abstentions,
Evelyne Morel est élue secrétaire par 22 voix pour, 
Liliane Fraysse est élue vice-présidente par 22 voix pour,
Serge Sebban est élu trésorier par 18 voix pour, 3 voix contre et 1 abstention.

Il est entendu que lors de sa première réunion, le 1er juillet, le bureau examinera l'urgente question du déménagement et de la recherche du nouveau siège, Odile Dauphin 
ayant remis par écrit de premières pistes de recherche. 

Décisions du bureau du 1er juillet :
-Poursuite de la parution des CMO sous la direction de Jean-Jacques Marie,
-Recherche immédiate d'un local d'environ 300 m2, si possible dans Paris intra muros, sinon dans la proche banlieue desservie par le métro et décision de faire appel à 
souscription  à tous nos adhérents afin de faire face aux frais de déménagement et de paiement de plusieurs loyers d'avance.

**********************************************************************************************************************************************************************
Les Cahiers du Mouvement Ouvrier ne sont donc plus édités par le CERMTRI.
Il y a lieu de contacter Jean-Jacques Marie pour tout abonnement.
Vie du CERMTRI
Le CERMTRI a décidé de publier à destination des militants et des enseignants des fiches consacrées à la commémoration de 14-18 et à la propagande déchaînée à cette occasion.
Fiche n° 1 :
La commémoration de la guerre de 14-18 vue par François Hollande fiche n°1
Fiche n° 2 : Les troupes coloniales mobilisées en masse par la puissance coloniale pour une guerre qui n'était pas la leur fiche n°2
Le fonds Messali Hadj

Le fonds Messali Hadj déposé par sa fille au CERMTRI est constitué de documents très divers qui concernent l'organisation politique nationaliste algérienne MTLD-MNA-PPA et l'organisation syndicale fondée par le MNA : l'USTA.
Nous avons décidé de ne traiter pour l'instant pour établir un premier catalogue que les documents datés jusqu'à la fin de l'année 1962.
Ce fonds comporte très peu de documents antérieurs à 1950, mais par contre il couvre toute la période de la guerre d'Algérie et offre donc un intérêt historique certain.















Les documents qui relèvent de l'USTA, créée officiellement à son 1er congrès en juin 1957, sont très variés : la collection complète des journaux syndicaux La Voix du travailleur algérien et Le syndicaliste, mais aussi tous les tracts, circulaires, communiqués, textes de congrès, études sur la situation des travailleurs algériens en France et sur l'économie de l'Algérie, coupures de presse ayant trait à l'activité de l'USTA et aux nombreux assassinats de ses militants, des cartes syndicales et des timbres...
On trouve aussi une correspondance très abondante venant de France et d'Algérie de la part de détenus dans diverses prisons, des comptes rendus de ratonnades, la liste des militants, en particulier des dirigeants, assassinés par le FLN, de très nombreuses photos de meetings dont ceux tenus à l'occasion du 1er mai... Le fichier complet des adhérents de l'organisation syndicale permet de se rendre compte de l'importance numérique de cette organisation et de sa composition sociale.
A côté de ces documents écrits ou iconographiques, il y a une plaque murale de l'USTA qui devait être accrochée au 31 rue des Petites-Ecuries, dernière adresse du local syndical, des brassards, des tampons en français et en arabe...

















La partie du fonds MTLD-MNA-PPA comporte le journal clandestin de l'organisation politique La Voix du Peuple, puis le journal du PPA, Le Cri du Peuple , les bulletins intérieurs, les bulletins d'information, les tracts, les nombreux communiqués, les enregistrements sonores des différentes conférences tenues par Messali Hadj.
La partie la plus intéressante est la correspondance très fournie reçue par Messali Hadj dans ses résidences surveillées successives en particulier les lettres de militants au moment de la crise du MTLD et de la scission, puis en 1961 lors de la création du FAAD par les exclus du MNA. Cette correspondance contient par ailleurs des documents sur Belounis, de nombreuses lettres de militants en Algérie, des rapports des différentes wilayas, des lettres de son avocat Yves Dechézelles et de sa femme, du couple Martinet (lui était le fils de Marcel Martinet)... Les messages de solidarité en différentes occasions (décès de sa femme, nouvel emprisonnement) voisinent avec de nombreux vœux à l'occasion de ses différents anniversaires ou de fêtes musulmanes, des cartes postales des militants et de ceux qui ont lutté pour sa libération...
Les documents iconographiques sont essentiellement des photos de Messali Hadj lors des conférences qu'il tint depuis ses résidences surveillées ou lors des visites qu'on lui rendit, des portraits de lui, seul ou avec les dirigeants assassinés, des cartes routières d'Algérie dont une indique l'emplacement des maquis dirigés par le MNA, quelques photos des maquis et de maquisards prises par le journaliste André Louis qui en a fait une brochure pour le journal belge La Cité.
Enfin, on a trouvé des plaques photographiques, des éléments de l'imprimerie clandestine et un drapeau artisanal, ancêtre de l'actuel drapeau algérien.

NOUVEAU !!!

Le premier catalogue, accessible avec le lien ci-après, présente les 
documents internes et la correspondance de l'USTA.

 Accès au catalogue USTA (version 9 juillet 2014)

Le second catalogue présente des documents internes et externes 
de 1935 à 1962 de l'ENA, du MTLD, du MNA et du PPA.


Accès au catalogue ENA - MTLD - MNA - PPA (version du 13 mai 2015)

Ces documents sont consultables dans les locaux du CERMTRI.
Bulletin d'adhésion au CERMTRI :


    
Nom : ………………………………………Prénom : ……………………………………….
   Adresse : …………………………………………………………………………………………
   Code Postal : ………………………………Ville : ………………………………………….
   Adresse e-mail  : ……………………………................……@……………………………..


   
 ⧠  Cotisation annuelle donnant droit aux 4 Cahiers du CERMTRI et à la Lettre d'Information : 35 €

    ⧠  Cotisation annuelle donnant droit aux 4 
Cahiers du CERMTRI et à la Lettre d'Information avec droit de 
consultation des archives et de la bibliothèque du centre : 45 €

    ⧠  Abonnement de soutien donnant droit aux 4 
Cahiers du CERMTRI et à la Lettre d'Information avec droit 
de consultation des archives et de la bibliothèque du centre : 50 € ou plus


(Chèque à l'ordre du : CERMTRI)

Le CERMTRI met à disposition une BIBLIOTHEQUE NUMERIQUE. 
Les documents de notre bibliothèque numérique sont présentés 
année par année. 
Nous mettons à disposition 692 documents ce qui représente 7 681 
pages.
Cette bibliothèque numérique est accessible soit par le bouton 
ci-dessus à gauche ou directement à l'adresse 
http://www.bibnumcermtri.fr 
Lettre ouverte à Madame Jalta,
Messieurs Carnat  et Lauby,
Inspecteurs pédagogiques régionaux d'histoire et 
de géographie de l'académie de ParisTexte
Appel contre la résolution 1481 du Conseil de 
l'Europe sur « la nécessité d'une condamnation 
internationale  des crimes des régimes 
totalitaires »
Espace iconographique
avez-vous pensé à vous  renouveler votre adhésion ?
Le numéro 163 des
CAHIERS DU CERMTRI
est paru


 Vous êtes chercheur, universitaire, militant ouvrier : 
vous trouverez au CERMTRI des documents historiques importants.

CERMTRI
28 rue des Petites Ecuries - 75010 PARIS
Ouvert les lundis, mercredis et vendredis de 13 heurs 30 à 18 heures
Téléphone: 01 44 83 00 00 - E mail:
 cermtri@ wanadoo.fr

Un bulletin d'adhésion au CERMTRI à imprimer ou à recopier
se trouve au bas de cette page.
Chroniques des falsifications
 En indiquant ci-dessous votre adresse e-mail,  vous serez tenu informé de l'activité et des 
initiatives du CERMTRI  et  vous  recevrez  la lettre d'information dès son prochain numéro.

sommaire
             Mise à jour
         le 15 mars 2017 
Hosting by YMLP.com
La bibliothèque numérique
La bibliothèque
                   ПО-РУССКИ
Liens
Les archives
Les conférences
Nos publications
Présentation
Salle d'accueil et de travail puis  bibliothèque
C. E. R. M .T. R. I.

 
   Centre d'Etudes et de Recherches sur les 
 Mouvements Trotskyste et Révolutionnaires Internationaux